YAP Proposal #311: l’exploitation agricole pour les femmes (Ghislain Mbesse, Democratic Republic of Congo)

Image 01

1. Coordonnateur/Exécuteur du projet

Ghislain MBESSE, âgé de 29 ans

Je suis membre de l’Initiative Paysanne pour le Développement Communautaire.

IPADEC, ONG de Développement.

  1. Titre & justification du Projet

Projet d’Appui à l’exploitation agricole pour les femmes et filles-mères démunies de EBONDA. Les bénéficiaires directs sont les enfants, les femmes et les hommes de EBONDA et de ses environs.

Le Projet se situe à EBONDA, secteur de MOLUA, à 12Km de BUMBA, chef-lieu du territoire, Province de Mongala en République Démocratique du Congo.

Les conditions socio-économiques sont déplorables et la population de secteur est pauvre à plus de 90%. Le problème majeur de la Province de Mongala est sa dépendance économique vis-à-vis de Kinshasa.

La cité de EBONDA n’a aucune entreprise structurée donc pas d’emploi. Elle est à vocation agricole et c’est une agriculture traditionnelle, insuffisante pour assurer un minimum de vie. Selon les saisons, les femmes produisent quelques légumes au bord du marigot qu’on vend au marché de BUMBA mais cette production est insuffisante.

Ainsi, on trouve dans plusieurs familles que les filles sont moins scolarisées que les garçons.

Le phénomène des filles-mères et abandonnés commence à se généraliser.

Suite aux conditions de vie difficile que traversent les familles de EBONDA, les jeunes cherchent à vivre dans la rue. Les filles, devant cette misère généralisée, n’hésitent pas à se prostituer avec les conséquences néfastes :

  • Danger de contamination par des IST (Infections Sexuellement Transmissibles).
  • Maternités non désirées et précoces, grossesses très rapprochées.
  • Charge des enfants pour l’alimentation, soins sanitaires, scolarité.

Pour lutter contre ce phénomène et nous impliquer dans une solution durable, nous avons lancé ce projet d’exploitation agricole à EBONDA où nous encadrons actuellement 100 femmes et filles-mères démunies principalement dans la production des vivres et légumes.

Nous aurons aussi des activités agricoles qui serviront à donner des revenus réguliers dont profiteront d’abord les 100 femmes et filles-mères démunies et ensuite les populations socialement faibles du Secteur de MOLUA.

Le présent projet a pour objectifs de (d’) :

  • Encadrer les femmes et filles-mères démunies et les former à des Activités Génératrices des Revenus et à la gestion.
  • Appuyer ces femmes maraichères à augmenter leur production par une formation aux techniques culturales améliorées.
  • Former les 100 femmes et filles-mères encadrées à la production des légumes et à la gestion des récoltes.
  • Équiper ces femmes maraichères formées en matériels de travail appropriés dans le but d’accroitre le taux de production de légumes de 50%.
  1. Résultats attendus
  • 100 femmes formées aux techniques de production des légumes
  • 3 sessions de formation organisées pour les femmes encadrées.
  1. Plan de réalisation du projet
  • Après la réception de l’aide accordée, les principales activités du projet sont :
  • Préciser les formations pour chaque femme et les grouper
  • Choisir les formateurs (agronomes)
  • Organiser le déroulement des formations selon les cultures.
  • Après les sessions de formation :
  • Identifier les besoins en matériels pour chaque femme
  • Etudier les besoins et l’aide à accorder (matériels)
  • Donner à chacune les matériels et équipements nécessaires.
  1. Rentabilité & impact sur la population

Le projet est financièrement rentable car avec les matériels de travail appropriés, les maraichères élargiront les surfaces cultivables. La qualité du travail sera améliorée et les rendements seront plus meilleurs.

Equipés des matériels adaptés, les maraichères planteront plus.

Leur suivi par les agronomes-formateurs de l’ONG pendant la première saison culturale permettra d’avoir des bons résultats. Le projet contribuera à augmenter la production, à relever les revenus et à améliorer les conditions de vie et la santé de la population.

Achats matériels agricoles

Arrosoirs       : 100 pièces = 620$

Houes            : 100 pièces = 310$

Bêches          : 100 pièces = 260$

Machettes     : 100 pièces = 540$

Haches          : 100 pièces = 600$

Bottes            : 100 pièces = 890$

Râteau           : 100 pièces = 160$

Bassin métal : 100 pièces = 1210$

Brouettes      : 10 pièces  = 400$

Transport      : 10$

Total               : = 5000$

 

Blogpost and picture submitted by Ghislain Mbesse (Democratic Republic of Congo) – gyslainmbese[at]gmail.com

The content, structure and grammar is at the discretion of the author only.


This post is published as proposal #311 of “YAP” – our “Youth Agripreneur Project”.

The first selection of the winners will be based on the number of comments, likes and views each proposal gets.

As a reader, you can support this speaker’s entry:

  • Leave a comment (question, suggestion,..) on this project in the comment field at the bottom of this page
  • Support the post by clicking the “Like” button below (only possible for those with a WordPress.com account)
  • Spread this post via your social media channels, using the hashtag: #GCARD3

 

Have a look at the other “YAP” proposals too!
As a donor, support young agripreneurs and sponsor this unique project. Check out the side column for our current sponsors.
“YAP” is part of the #GCARD3 process, the third Global Conference on Agricultural Research for Development.


6 thoughts on “YAP Proposal #311: l’exploitation agricole pour les femmes (Ghislain Mbesse, Democratic Republic of Congo)

  1. Très sincères félicitations à Ghislain pour la présentation du projet.
    Il a bien donné le rayon d’action du projet, à mon humble avis, il aurait été mieux de délimiter aussi le projet dans le temps: la durée du projet.
    Dans le budget présenté, il n’a pas tenu compte des frais en rapport avec le suivi et les formations. Si cela ne fait pas parti des fonds demandés, ca sera la contribution de l’ONG dans le projet, mais qui doit être ressorti en terme d’agent à ajouter aux fonds demandés pour faire le coût global ou total du projet. Voici en quelques lignes ma modeste contribution.

    1. La durée de mon projet est de 4 mois dont : le premier mois servira à la réception de l’aide et au transport des matériels vers Bumba ; au deuxième mois, nous allons identifier les femmes,assurer la formation, Programmer distribution sur le site ; au troisième mois, nous allons Organiser la distribution locale ; et le dernier mois nous allons évaluer le résultat. L’ONG va assurer les frais liés à la formation et au monitoring (suivi & évaluation). Je pense que j’ai répondu à votre préoccupation.

  2. Mon projet a une durée de 4 mois dont : le premier mois servira à réceptionner l’aide et à transporter les matériels à Ebonda ; au deuxième mois, nous allons Identifier femmes intérieures, Assurer la formation et Programmer distribution sur site ; au troisième mois, nous allons Organiser la distribution locale ; et au dernier mois, nous allons évaluer le résultat. Les frais liés à la formation et monitoring (suivi et évaluation) seront prises en charge par notre ONG.

Leave a comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s