“La recherche et la vulgarisation agricole ne parviennent pas aux petits agriculteurs dans les régions rurales!”

«Je suis né ici, et je suis toujours là”, explique Joseph Kaguata, un paysan du district de Lari, au Kenya.

Selon le Fond international de développement agricole (FIDA), il y a aujourd’hui environ 500 millions de petites exploitations agricoles dans les pays en voie de développement qui nourrissent et soutiennent 2 milliards de personnes, soit presque un tiers de l’humanité

La plupart de ces petits agriculteurs dans le monde se battent pour vivre et nourrir leur famille et sont confrontés par des défis comme le manque d’accès à la terre et de l’eau, des services financiers pour acheter des intrants (semences, engrais, outils) et des marchés (en raison à l’infrastructure routière médiocre et le coût élevé du transport). De plus, ils sont aussi victimes des effets du changement climatique (sécheresses, inondations, dégradation des terres) et étant situés dans des zones rurales, ils ne reçoivent pas le soutien des services de recherche et de vulgarisation.

Dans la vidéo suivante (en anglais), Joseph Kaguata, un agriculteur de la région rurale du district de Lari au Kenya nous raconte comment la sécheresse et le manque de soutien technique de la part des services de recherche et de vulgarisation l’empêchent de progresser dans ses activités agricoles:

Il est vrai que les petits agriculteurs des pays en développement ne produisent pas beaucoup de nourriture par rapport aux grands agriculteurs commerciaux dans les pays développés, mais on peut déduire du témoignage de Joseph, comment il devient de plus en plus difficile pour les petits agriculteurs à poursuivre leurs activités agricoles et de sortir de la pauvreté. Et malgré tous ces défis, ils parviennent à nourrir 2 milliards de personnes dans le monde!

Imaginez à quel point la situation aurait pu être différente, si ces agriculteurs avaient accès aux intrants, aux financements, aux marchés, le soutien technique et des formations des services de vulgarisation. Les petits agriculteurs ont beaucoup de connaissances et de compétences dans l’agriculture, et ils ont le potentiel de contribuer à la sécurité alimentaire mondiale, mais ils ont besoin d’être soutenus.

Les politiques agricoles nationales doivent être conçues et mises en œuvre de manière à ce que la situation des petits exploitants agricoles est améliorée et des efforts accrus sont nécessaires pour que les résultats de la recherche peuvent être bénéfiques aux petits agriculteurs, non seulement par augmenter la production et améliorer leurs moyens de subsistance, mais aussi de leur enseigner comment produire plus tout en préservant l’environnement.

Nous ne pouvons avoir de développement durable sans l’agriculture durable, et nous ne pouvons pas avoir l’agriculture durable sans la participation des petits agriculteurs!

Il est grand temps qu’ils sont inclus dans les décisions politiques et la mise en œuvre des programmes de sécurité alimentaire et ces points seront abordées lors de la deuxième Conférence mondiale sur la recherche agricole pour le développement (GCARD2), qui mettra l’accent sur ​​la prospection, les partenariats et le renforcement de capacités.

Êtes-vous un petit agriculteur ou de votre travail consiste à travailler avec eux? Comment pensez-vous les résultats de la recherche agricole peuvent être plus accessible aux petits agriculteurs? Quelles sont les raisons qui pourraient expliquer ce fossé entre les agriculteurs, la recherche et la vulgarisation, et quelles solutions peut-on proposer?

Cet article a été écrit par Nawsheen Hosenally, l’une des Rapporteurs sociaux de GCARD.


Leave a comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s